mardi, 24 mars 2009 17:28

TROIS MARIAGES ET UN ENTERREMENT

Écrit par Red Bull
Évaluer cet élément
(0 Votes)
J’aimerai vous parler d’une sensation. Une sensation qui mélange déchirement, solitude et culpabilité. Comment ne pas ressentir cela quand on repense au film de la semaine dernière ?
Un derby que tout Alger attendait pendant des semaines, pour ne pas dire des mois, se voit privé de son acteur principal à savoir le public. Un public frère malgré la rivalité et qui a toujours fait preuve de fair-play lors des empoignades, aussi serrées furent-elles.

Ce que personne n’a osé faire depuis que ce derby existe n’a été qu’une simple formalité pour la nouvelle équipe fédérale. Un huis clos et puis s’en vont, rien que ça pour un match capable de drainer plus de 100.000 spectateurs. Avaient-ils le droit ? Absolument pas, mais apparemment ils en avaient le pouvoir puisque l’USMA a été sanctionnée pour un jet de fumigènes… en dehors de ses bases ! La véritable cause est de toute façon connue. A voir la façade du nouveau stade de Bab El Oued, on comprend que les autorités ne voulaient pas voir partir en fumée les vitres de la nouvelle structure à 20 jours des élections présidentielles. La sanction n’est donc pas disciplinaire mais purement politique, c’est pour cela que nous ne nous attarderons pas sur ce point mais plutôt sur le chagrin qui nous anime nous supporters de ne pas avoir vécu la plus éclatante des victoires de la saison contre le plus excitant des adversaires. Un match historique où l’on a eu à vibrer par trois fois… en face de notre radio. Trois joies contenues dans la douleur, la même que j’évoque plus haut. La même qui me pousse à dire que malgré la victoire, malgré les trois buts, nous avons le sentiment de vivre un enterrement, celui du plus prestigieux derby en Algérie.

A ces mêmes responsables, si frileux devant une jeunesse en détresse, je leur demanderai juste de se renseigner auprès des présents à notre dame d’Afrique, là où se sont regroupés les fans des deux camps pour voir des miniatures évoluer dans un stade en contrebas. Demandez-leur s’ils ont vu des dépassements, des agressions ou quoi que ce soit qui aurait appuyé votre décision. Ce qui existe chez vous n’existe heureusement pas au sein de notre famille. Des frères ne peuvent se faire de mal, contrairement aux politiciens…
Lu 1852 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.