dimanche, 22 novembre 2020 16:01

L’USMA toujours en rodage…

Écrit par Marzak Aït-Kaci, Rue Boutin, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Avec une prestation en demi-teinte, mi-fugue mi-raison, les camarades de l’excellent Beneddine sont apparemment toujours en rodage et ont éprouvé d’énormes difficultés à démarrer la saison sportive, après avoir été désarçonnés dès la 8’ de jeu par un pénalty que les Pilkortois n’ont même pas réclamé. Sévère le péno ya Gamouha…

Si le premier half fut à l’avantage du Chabab Ryado par l’expérience et les automatismes des joueurs banlieusards à deux éléments près, le second fut acquis aux Rouge & Noir puisqu’ils ont pu contenir et dominer leur adversaire, curieusement cantonné en défense préférant jouer la montre et l’antijeu à la hussarde. D’ailleurs l’engagement physique des Blancs était viril, brutal dépassant la limite de la correction. Après avoir été cueillis à froid par un temps frisquet, Koukpop-corn rajoute un second but suite à une sortie hasardeuse de Guendouz. La paire centrale Bouchina-Alilat, loin d’être complémentaire, a plutôt flotté, perdant ses repères, laissant le champ libre aux vis-à-vis…

La seconde méton est celle de l’entraîneur, dit-on. Après avoir sermonné et briefé ses poulains dans les vestiaires lors de la pause glouglou, le coach de l’USMA apporta quelques rectifications, synchronisa et lubrifia sa mécanique grippée. Les joueurs ont été très réceptifs et convaincants dans la seconde période de jeu. Ce fut presque parfait puisqu’à l’heure de jeu, Mahious réussit à planter une banderille sur un service de Belkacemi. C’était pratiquement la douche froide chez le CRPilkor craignant le regain de confiance des Usmistes. La furia rosso negra aurait pu inscrire d’autres buts et changer le cours du match. Mais bon, il y a des jours comme ça où rien ne va comme souhaité…

Les Belles Courtoises méritent leur super chkoupette jouée dans des conditions inhabituelles alors que Ciccolini a un grand travail à faire et à parfaire dans les trois compartiments et Benhamou les gardiens. Le manque de rencontres de préparation a joué un vilain tour aux Usmistes avec une équipe en reconstruction et un effectif remanié à 80%. Au fil des matchs, l’équipe retrouvera ses sensations et finira par oublier ce tchabtchak dial lalouminiom qui ornera une loggia du 6e Groupe dial Chamaneuf. L’USMA devra sortir le grand jeu samedi prochain lors du premier match de chompiouna face à l’aigle noir Staifi qu’il faut impérativement déplumer à Santodji. Gagner est le leitmotiv afin de faire plaisir aux inconditionnels Rouge & Noir qui scruteront Bolo-Bolo depuis la Basilique de Notre Dame de Mazembé, oops, d’Afrique…

Marzak Aït-Kaci, Rue Boutin, Alger Casbah…

Hé ho Kazouni, le chompiouna maintenu à 38 clubs. C’est la galère, quoi !

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.

Alger, 22 Novembre 2020

Lu 420 fois
Plus dans cette catégorie : « Potins tamisés… La douche écossaise… »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.