mardi, 17 septembre 2019 09:38

LDC / USMA 4 Gor Mahia 1 Meftah & Benchâa, bourreaux de Gor Mahia…

Écrit par Achour Bourabâa, Rue des Janissaires, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(2 Votes)
L’USMA sans pitié mais avec panache, pourrait-on également titrer. Aya l’khaoua, on fait un p’tit débrief… Donc, c’est sur deux doublés signés par Rabie Meftah le vieux briscard, et Zakaria Benchâa le jeune loup, que les Rouge & Noir sont parvenus à atomiser les kenyans du Gor Mahia hier en nocturne à Blida hanouni. Yaaaye ! A la méton, le score était de 3 brichkate blidéennes à zéro. Yaaaye ! En fin de rencontre, Zakou le baroudeur, se chargea d’anéantir les espoirs des kenyans par une quatrième réalisation malgré la réduction du score sur pénalty par Maguna al âagouna (55’). Sans ça, iroho kapo… Khhh…

Dès le coup d’envoi sifflé par le gambien Gassama, les Usmistes se ruèrent dans le périmètre adverse ratant de peu d’ouvrir le score dès la 3’. Les louveteaux de Dziri le Kid savaient que les kenyans étaient prenables à souhait. Ellafi, véritable poison de la soirée pour le Gor Mahia, distilla une balle que Benchâa rata mais, Meftah le zerdi, embusqué juste derrière lui, fusilla à bout portant le gardien Mapigano, machaf fiha oualou. Yehla ! D’autres occasions furent loupées par l’armada usmiste, coq Ardji, Zouari, Kheiraoui, Hamra, koptane Koudri, Ellafi mais Meftah amchoum, encore lui, sur faute sur son compère Zakou le croquant, transforma calmement mais imparablement le pénalty, battant encore une fois, Mapigano Parmigiano (il adore le parmesan italiano). Le contre-pied parfait (44’). Yehla, yehla ! Alors que l’on jouait le temps additionnel, Benchâa, l’attaquant pivot de l’USMA, envoie le ballon au fond des filets de Mapigano piano, piano, d’un superbe tir du gauche. Yehla, yehla, yehla,… Khhh…

Durant la pause fruitée, coach Dziri, radieux mais serein, donna les consignes d’usage à ses joueurs afin de corriger certaines lacunes, lui qui insista pour un sans-faute, mais les kenyans réussirent à inscrire un péno suite à une main décollée de Benkhelifa après un tir dans la mêlée. En plus de ce but, Mansouri n’a pas eu grand-chose à faire durant cette douce soirée même s’il arrêta avec brio deux tirs, l’un en première période, l’autre dans la seconde. Trois sandjma furent opérés : Haddouche remplaça Zouari 65’, Ardji-Benhamouda 76’ et Benchâa-Mahious 80’. Avant de céder sa place, Zakou le loup garou de la Mitidja, qui a bien suivi l’action sur la balle arrêtée de Haddouche, se chargea de planter la quatrième banderille perforant les filets, gattâa chbek 74’. Yehla, yehla, yehla, yehla ! Ouf ! Quelques minutes plus tard, le virevoltant Ellafi failli rajouter la cerisette sur le mouskou tchou-tchou maleh par une tête qui a failli faire mouche, n’était-ce la détente de Mapigano Mangano qui dévia in-extrémis le cuir du bout des gants. Goal ferchoucha… Khhh…

L’arbitre mit fin aux débats au grand bonheur des supporters Rossoneri venus encourager leur équipe chirée. Dziri était satisfait, les joueurs ravis de cette belle victoire avec l’art, la manière et 4 buts à la clé. Les kenyans n’étaient pas faibles mais c’est plutôt les Usmistes qui étaient les plus forts. Un match plein où les camarades de Hamra furent solidaires, complémentaires, en jouant avec envie, avec plaisir, avec les tripes, toute grinta dehors. Ellafi en fut le parfait exemple et a été incontestablement, l’homme du match même si les deux goléadors le méritent aussi. Le maître à jouer libyen a moult fois désarçonné la frileuse défense kenyane, surtout le défenseur de couloir droit qui a vu de toutes les couleurs, y compris le jaune en ratant le rouge. Sacré Ellafi ! Un autre joueur qui était aux anges : Kheiraoui. De l’Amel Bou Saada en L2 à l’USMA, disputant l’Africa Champion’s League. Ça n’arrive pas tous les jours. Tous les Usmistes savourent cette délicieuse victoire en attendant le match retour. On en reparlera plus tard car l’équipe fera un break jusqu’au 29 de ce mois, date de la rencontre retour à Nairobi. La Rabita brikouleuse n’ayant programmé aucun match de Botola pour l’USMA, ce sera alors une trêve de 15 jours. Il faudrait faire de la gym-tonic pour meubler tout ça… Grrr…

Seul bémol, un étourdi de journaleux télé tubbies qui n’a pas fini de nous endormir avec des commentaires à dormir debout après avoir bâillé ou bayer aux corneilles, c’est selon. Sinon, comment peut-on confondre Ardji avec El Orfi (qui ne joue plus à l’USMA) ou Cherifi avec Bencherifa (khalti Cherifa) joueur de la Jiyaskanari kui kui. Je sauterais les sempiternelles inepties et autres idioties déballées avant, pendant et après la rencontre. En zappant sur l’autre canal cloné, le con-mentateur chauvin miloudiste clownesque, nous apprend que l’EMCIA mène à la méton par 2-0 face au MCO mais, amnésique, il oublie de communiquer que l’USMA mène 3-0 face au Gor Mahia. Tout comme le Mkhazni, il devrait s’asseoir sur une glacière pour soulager son popotin. Rbaq rbaq, mazalha tahraq… Khhh…


Achour Bourabâa, Rue des Janissaires, Alger Casbah…

Hé ho Kazouni, si tu optes pour Santodji, l’EMCIA n’aura aucun sou de la recette du stade, ni créneau d’entrainement… Khhhh…

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…


NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.


Alger, Lundi 16 Septembre 2019
Lu 319 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.