mercredi, 14 août 2019 16:33

Notre football se noie…

Écrit par Rezki Aït-Kerkouche, Rue Brahim Fatah, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Sportissimo…





Notre football se noie, il a touché le fond avant d’avoir débuté la nouvelle saison par la faute de certains décideurs incompétents. A la veille du coup d’envoi de notre pôvre championnite 2019/2020, la Rabitatoun el mounharifatoun continue de nous pondre des modifications de désignations tombant de Charybde en Scylla…

Sinon, comment expliquer le comportement irrespectueux de cette prétendue Rabitatoun qui confirme de saison en saison son incapacité à gérer un calendrier de football. D’abord, la désignation à la hussarde des terrains devant abriter les rencontres de coupes d’Afrique. On est allé même à organiser un tirage au sort téléguidé, makhdoum, puisque l’USMA, champion d’Algérie, se voit contrainte de recevoir à Blida Tchaker ses adversaires en LDC. Ow ? Le CRB idem mais ça, c’est de la bagatelle. Alors, on fait plaisir aux amis. Les kanaris kui-kui du Jorjrassik bled et le Pac céramiqueux évolueront au khamsa jouilia. Kifach ? Sur quels critères ? Finalement, les kabylois, appréhendant le Merrikh sur gazon, préfèrent le tartan de la capitale de la Petite Kabylie, Béjaia. Quant aux Pacistes, ils jouèrent pratiquement à huis-clos dans un stade archi vide de 80.000 places. Quel paradoxe…

C’est l’USMA qui a inauguré le 5/7 en 1972 lors de la finale de la coupe d’Algérie face au Hamra Annaba, alors que certains dirigeants actuels de notre foot ne savent même pas ce que le terme « homologation » veut dire. Donc, basta ces désignations farfelues de la Rabitatoun et/ou de la Fafeuse complice. L’USMA est prioritaire et c’est à elle de choisir le stade où elle veut recevoir ses adversaires en Champion’s League. C’est un club Algérois et c’est son droit de recevoir dans les limites de la wilaya. L’on se rappelle la saison dernière où « on » a lui a refusé le 5 Juillet et Tchaker pour recevoir les Egyptiens à Stéf après avoir joué trois jours auparavant Ain M’lila à Santodji. Pourquoi ce refusage ? Ces fossoyeurs ont réussi puisque l’USMA fut éliminé à Ain Fouara par la grâce de ceux qui ont voulu imposer un calendrier démentiel aux Rouge & Noir et une désignation fantaisiste. On sait aussi qui est derrière la non homologation du stade Omar Hamadi alors qu’on a déjà joué une finale de LDC face au TP Mazembé…

Cette même Rabitatoun ne fait pas dans la dentelle puisqu’après avoir sanctionné deux clubs de L1 qui ont combiné dans le dos de l’USMA, en défalquant 3 points pour le début de ce champiouna devenu tay-tay, voilà qu’on supprime carrément cette sanction à la Jiyaska et au CSC. Pourquoi ? Pourquoi avoir lésé la JS Saoura et l’ESS en coupe des Arabes qui leur reviennent de droit de participer de par leur position au classement (4e et 5e places) alors que le Miloud et les Clubistes se classent derrière ? Si ce n’est pas du brikoulage et du passe-droit, c’est quoi alors ? Sanction pour sanction, pourquoi alors avoir maintenu le huis-clos pour l’USMA. Piston, yak ? On ne parlera pas des changements d’horaires devenus fréquents. Qu’on ne nous dise pas c’est la Yatima qui décide. Qu’on s’arrange alors de jouer avant ou après le sacro-saint du 20h00. Ah, bonne nouvelle, Samy Nordine a sauté comme un fusible cramé de la direction des services du sport de l’Unique. Il a été remplacé au pied levé par un ex de Choucroute TV. Aux suivants (commentateurs et consultants clubards)…

Le vieux stade Municipal de Belcourt en travaux oblige le Milaha à évoluer ailleurs, puisque domicilié dans cette kouzina. Le Nasria devant recevoir demain la Jiyas kanari coui-coui, a opté pour le stade Bologhine, ce qui est légitime. Mais pour encore faire plaisir aux kabylois, la Rabitatoun léguiatoun en décide autrement et désigne sans crier gare, Lavigerie pour ce match, alors que ce stade n’est pas homologué et Semsem interdite d’y jouer. Ya âadjaba ! Mais qu’est-ce que c’est que ce cirque ? Alors, autant jouer à Zioui. Cette Rabitatoun incompétente ne cesse de nous étonner chaque jour que Dieu fait. On n’est pas sorti de l’auberge car lorsqu’on est incapable de fixer des dates, des horaires et des stades dans un championnat brinquebalant, alors autant mettre la clé sous le paillasson et déclarer forfait. Notre football se noie, il a touché le fond avant même d’avoir débuté la nouvelle saison. Glou, glou, glou, on boira le nectar de Bacchus jusqu’à la lie. C’est la cuvée…

Rezki Aït-Kerkouche, Rue Brahim Fatah, Alger Casbah…

Hé ho Kazouni, si tu n’arrives pas à gagner un derby en match amical, comment feras-tu en champiouna ?

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…


NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.


Alger, Mercredi 14 Août 2019

Lu 616 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.