jeudi, 20 décembre 2018 10:56

ARB Ghriss 2 Ziyaska 0 : Ghriss el mahroussa, Ziyaska el maghroussa...

Écrit par Kouider Bouzouija, Douar Ghriss, Wilaya Mascara
Évaluer cet élément
(3 Votes)

Les Zouaoua ont essuyé un véritable camouflet en s’inclinant devant le Grand Petit Poucet par 2 ghrissette skhonine o harrine à zéro, tsema k3îk3â.

Un match se gagne sur le terrain et non sur les djranène khordaliste réservant 4 pages quotidiennes + la une au club le plus sous-titré de la Berbérie dial zit wal karmouss, battu à plate couture par un club de division inter-régions. Les âaouch ne sont vraiment pas contents. La honte… Rbaq rbaq, da3wa rahi tahraq… Maykoune ghir Sarar…

Rien ne justifie une telle débâcle ! La déroute pour les dirigeants, la banqueroute pour l’ontrineur flambeur amateur de kazinou à 100.000 oros par mois. Pourtant, l’équipe a été mise dans les meilleures conditions de préparation pour cette rencontre. D’abord, en effectuant un stage de villégiature de 8 jours à Rabat où l’on s’est plus amusé qu’autre chose. Ensuite, le voyage par avion jusqu’à Oran. Après un gueuleton payé zâama par un bienfaiteur kabylois de la région d’El Bahia et l’accueil chaleureux des dirigeants et de la populace locale, un créneau d’entraînement fut réservé à la Ziyaska en plus d’un couscous offert aux supporters ayant effectué le déplacement. Da3wa khabza. La confiance a finalement joué un mauvais tour aux joueurs gonflés à bloc, tracés chez le coiffeur, kératinés, séchouarés, orgueilleux et fanfarons à l’extrême… C’est la faute à Sarar…

Les lions en carton-pâte du Jorjrassik bled n’ont tenu qu’une méton. L’entraîneur Arrar avait pris des notes durant les 45 premières minutes et briefa ses poulains durant la pause citronnade. Le maillon faible était le côté droit, véritable boulevard. La victoire des Ghrissis ne souffre d’aucune ambigüité. A 1 à zéro, but de Daoudi à la 52’, yiswi, on aurait peut-être dit que c’était balak bouzahroun. Mais lorsque Hamsas porta l’estocade à la 87’, hamass’ha ya zah, " la mort subite ", yiswi, sur une action pratiquement identique au premier but, on se remit à l’évidence pour reconnaitre la suprématie Ghrissie et la débandade de la Ziyaska. Battus, abattus, les Salihine, Bouhamroun, Bouyoucef, Beslama, Ruche, Fiston, Piston, Tizi-Boualik, Tizi-Oualou, Tizi-Rih, Tizi-Khsara, Tizi-Ghriss, Chtitti, devenus une chtitha gharss, incrédules, ne réalisaient pas ce qui leur venait d’arriver. Triste réalité pour ces kanaris kui-kui déplumés à poil sous les yeux hagards de leurs dirigeants à demi-assommés se tenant la caboche. Aya vava inouva… C’est encore la faute à Sarar…

Le finaliste de l’édition précédente a reçu l’inévitable douche froide à vous glacer le sang en pareille déconfiture. L’horreur à la Hitchcock ! Ce n’est plus le temps des olives, ni des bakhsissette, ni de vivrass. Une équipe fantômatique sur le terrain malmenée durant 90’ + temps additionnel par une équipe de douar contre une autre équipe de douar. L’ARB Ghriss a mérité amplement sa victoire en infligeant une sévère défaite aux kilotate sfora qui collera longtemps au club phare kabylois. Ce n’est pas le premier club (ni le dernier) à avoir infligé une correction, puisque l’UPCS, ex-Clos Salembier l’actuel IRB El Madania (La Redoute), a déjà battu l’ex-JET-Ski des années 80’. Feu Aouis et Djahnit ont évolué dans ce club. La leçon n’a pas été retenue et, au lieu de râler toute la semaine sur vos relais merdiatiques après Sarar et Madoir, il faut d’abord balayer devant sa porte… C’est toujours la faute à Sarar…

Aux dernières nouvelles, le couvre-feu en terre kabyloise a été levé après le caillassage du bus transportant l’équipe de la Ziyaska depuis Ghriss jusqu’à Tizi via Relizane, par des supporters zouaouas mécontents de cette humiliante défaite. Les routes ont été déblayées de leurs parpaings, pidriss et autres pneus fumant encore après avoir été brûlés par les gilets jaune & vert flio. La salle de réanimation de l’hopital de Tizi et des polycliniques des dachrate n’tadarth du Jorjra, Sidi Ali Bounab jusqu’à La main du Juif, se sont vidées après avoir donné les premiers soins et des pochettate de sérum aux villageois abasourdis après cette douloureuse fessée. Pourtant, on avait préparé des zerdate et du kseksou sivaouen aux kanaris koui-koui donnés archi favoris. Achou ? Oulach thakvoucht ? Inni wallah ? Paraboura ? Assi3qa ! Achou da3wassu agui ? Wagui d’Sarar, dnatsa ! A jmâ3 limane a msiou Slimane, Sarar dargaz machi tamellalt nni. Al hassoune, heureusement que les kabylois reconnaissent que ce n’est pas Sarar le responsable de cette fuite en avant… C’est la faute au gargotier râleur du bled…

Après avoir dit bye bye à la coupe et au championnat, la Ziyaska n’aura plus que les yeux pour pleurer. Actuellement dauphin à 7 points de l’ogre Usmiste, les mqanane du Jorjrassik ghaba risquent, à cette cadence, de dégringoler et se retrouver dans le ventre mou du classement. Le podium n’est plus jouable puisque Stéf et la Saoura montrent déjà leurs crocs. Justement, les Zouaoua doivent se déplacer à Béchar lors de la reprise de chompiouna. C’est dire que cela risque d’être délicat car ils se feront inévitablement écrabouiller par Djallitou, Bekakchi, Zaidi et consorts. Le MOB se déplacera à Tizi le match suivant et le moindre faux pas sera fatal aux Ziyaskites masculin-féminin pluriel. Le NAHD et le CSC de Denis la malice sont à l’affût. Le Paradou et le Miloud en liste d’attente. Al hassone, inutile de mettre tous vos malheurs sur le dos de Sarar. Le castor de Dubai et son porte-voix le Hiboud de miss Douala devraient fermer leur clapet car les supporters ne leur pardonneront jamais de les avoir menés en bateau avec de fausses promesses : chompiouna, coupe, recrutement etc. La Jiyaska est devenue comme de l’oignon, lavssal… Oulach smah, oulach…


Hé ho Kazouni, victoire des ch’tis sur les zouaoua. C’est l’arroseur arrosé. Un match se gagne sur le terrain par sur les torchons…

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

Kouider Bouzouija, Douar Ghriss, Wilaya Mascara…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite… 

Alger, 20 Décembre 2018

 

Lu 888 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.