lundi, 01 octobre 2018 02:43

Furia et spectacle en rouge et noir…

Écrit par Chakib Bourioug, Bd de la Victoire, Bab Jdid, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ce fut une merveilleuse soirée ! Hakoum ainsi que toute la délégation usmiste (joueurs, staffs, dirigeants et accompagnateurs) appréhendant quelque peu une réaction boudeuse ou négative de leurs fans club, ont été bien au contraire, agréablement surpris par l’excellent accueil réservé par les Rossoneri qui ont d’ailleurs rempli les gradins de Santoggi.

Il est clair que l’on redoutait l’ire, l’indifférence ou l’absence des supporters après le lamentable ratage en coupe CAF. Eh bien non, on ne va pas faire plaisir à nos détracteurs véreux. Le DG de l’USMA a reconnu que l’on ne trouvera nulle part ailleurs un tel public. Donc, un grand bravo pour ce public mature, public avéré, public compréhensif, public sage, public connaisseur, public généreux, public sportif, public fidèle, public merveilleux… Public Hadara…

Les Académiciens du Paradou ont bavé face à la furia usmiste même s’il a fallu attendre l’heure de jeu pour faire le break. C’est le serial killer des surfaces, Ibara, Prince Sérénissime de Bologhine, qui ouvrit le bal dès la 18’ sur un service de Koudri. Du plat du pied, il bat Moussaoui d’un tir à ras-de-terre dans le petit filet. Ulié ! La méton fut sifflée par signor Ghorbal le tamiseur sur ce score d’un but à zéro. Les joueurs et le staff rejoignent les vestiaires pour se gargariser la gordjetta et souffler un p’tit chouia. Le patron de la barre technique profitera de ce quart d’heure de repos pour donner quelques conseils à Ardji et ses camarades… Vivaaa viva, vivaaa l’USMA…

A la reprise 48’, Tayeb Meziani remet les 3 horloges à l’heure suite à un corner et une glissade du koptane Zemma devant un paquet de joueurs. Ahhhh ! Les Pacistes, un peu naïfs sur les bords, croyaient au Père Noël en pensant refaire le scénario du MCO. Tarrr ! C’est l’effet inverse qui se produisit puisque coup sur coup, Chérififi et Benguito portèrent deux coups fatals assommant Zorgane la pépite en toc, Boudaoui, Bouchina, Naidji et toute la smala de Zatchou et le batima de la Cité Sellier qui n’arrivèrent plus à relever la tête, complètement groggy. 3-1, c’est le nouveau tarif syndical de Santoggi… Halfine bimine, lahou mamine…

Sur un corner lifté par le lutin du Titteri, Meziane, le ballon rebondi et atterri sur les pieds de Cherifi en pleine coursa, il envoya un superbe bolide de son gauche mesmoum des 25 mètres, 58’. Ulié ! Meskine Moussaoui le portier machaf fiha oualou. Le public est en délire. Deux minutes plus tard, Chita lance en profondeur sur Ibara en envoyant valser deux défenseurs puis sert une baqlaoua-pistache à Raouf Benguit qui clos ce petit festival stendhalien. Ulié ! L’enfant de Laghouat, ferhane d’avoir inscrit contre son ex-équipe, brandit ses protèges-tibia avec photos imprimées de son cher papa et de son frère, décédés… Liydji Bologhine yakhod bitnine, oops, be tlata…

Les usmistes ont promis au Paradou 3 autres brichkettes pour le match retour, même stade, même ambiance. Les supporters Rossoneri étaient aux anges. Le spectacle était sur le terrain et dans les tribunes. L’Electric Virage Orchestra gratifia l’assistance d’un vieux refrain qui fit vibrer Santoggi mais aussi Azzedine Rahim, l’ancienne coqueluche des Rouge & Noir reconverti deuxième adjoint de Thierry Froger. Devenue une tradition, les joueurs ainsi que les staffs reçurent one standing ovation en allant saluer leur public. Véritable communion entre joueurs et supporters qui ont compris qu’il faut être toujours aux côtés de leur équipe chirée quels que soient les résultats… Public usmiste ? La race des seigneurs… Mazal Miloudia, mazal mazal…

Seul bémol, c’est le mépris de la télé tubbies, média lourd et soit disant service public, en privant de retransmission du direct live pourtant annoncé, les téléspectateurs d’une rencontre de foot. En Septembre 2018, on est toujours à l’ère du bricolage chez l’ex-RTA où le différé revient meubler les soirées automnales à défaut de programmes intéressants. La continuité dans la médiocrité. Les chargés de la programmation du service des sports de l’unique en son genre et de ses clones clownesques, font de la boîte de Pandore leur fonds de commerce. Les réas formés sur le tas, les pseudo-animateurs de plateau sans génie, les journaleux-commentateurs de studios ou sur le terrain parachutés, les apprentis-consultants chauvins pistonnés, tous, ga3 clubards, devraient aller se recycler et remuer leur langue sept fois avant de déballer des incongruités… Le ridicule ne tue pas…


Hé ho Kazouni, Courbis est gourmand. Il veut le RMCA. Pigé ?

Tah-ya Za-za-yer…

Chakib Bourioug, Bd de la Victoire, Bab Jdid, Alger Casbah…

NDLR : toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…

Alger, 30-09-2018

 

Lu 611 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.