vendredi, 28 septembre 2018 00:19

Bravo à nos Artistes…

Écrit par Sid-Ali Tarrah
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le public Rossonero s’est déplacé en masse dimanche dernier dans la capitale des Hauts Plateaux qui la veille, qui l’avant-veille ou carrément le jour du match face aux Msarwa.

Congratulations malgré la frustration…

La déferlante Rouge & Noir a envahi les quartiers de Stéf al âali et un passage obligé par Ain Fouara. Boumarto avait déserté l’emblématique fontaine, où jaillissait de l’eau fraîche en été et chaude en hiver. Après s’être désaltérés, pris des selfies pour la postérité, cassé la graine, les supporters lambda de l’USMA et de l’Entente ont partagé les travées d’un stade du 8/5 archi-comble. Makache plaça ya khou. Da3wa rahi compli. On ne remerciera jamais notre fidèle public d’avoir été présent pour soutenir, encourager et applaudir leur équipe chirée. Malgré cette amère élimination qui nous est restée à travers la guerdjouma, les supporters sont restés réalistes, sereins, dignes, car la vie continue… Les Hommes de l’USMA…

Ce n’est pas une défaite qui va nous ébranler ou nous décourager, au contraire, c’est maintenant qu’il faut se remobiliser car nous devons soutenir notre équipe que nous adorons. Nous devrons lui prouver notre attachement indéfectible en se déplaçant en nombre samedi prochain à Santoggi face au Paradou. Il y a certes une déception, une frustration mais il faut absolument se ressaisir pour être aux côtés de l’USMA, de notre USMA que nous aimons, que nous adorons, que nous chérissons et qui a besoin de nous ! C’est un devoir. Aya l’khaoua, du nerf, il n’y a que l’USMA qui peut nous redonner le sourire et de la joie afin d’aller loin dans ce championnat que nous devons absolument remporter. Il reste encore d’autres challenges que nous disputerons bec et ongles. C’est une question de prestige, de nif et il y va de la crédibilité des Usmistes. Merci d’être présent samedi à Bolo-Bolo, le virage de l’Electric Virage Orchestra, le coin des Artistes, l’Old School… Santoggi doit vibrer pour le pire et le meilleur…


La direction d’Al Masri remercie l’USMA…

Via son site officiel, la direction du club de Port Saïdi a publié une lettre en remerciant vivement le comité directeur ainsi que les dirigeants de l’USMA pour l’accueil chaleureux, le séjour agréable et surtout le fair-play des milliers de supporters qui ont été à la hauteur malgré l’élimination dans cette compétition africaine, en leur rendant un vibrant hommage. Al Masri souhaite aux Usmistes une bonne continuation dans les autres challenges… Merci pour eux…


L’art du copié-collé chez le Péteur…

A court d’idées, le hazzag Zerouka, boubled nouveau débarqué, ne s’est pas gêné de puiser quelques extraits dans la chronique mielleuse "Le rêve évaporé" (parue le 24) de notre ami Sadek El Agrab, au surlendemain du match USMA-Al Masri, pour peaufiner son article fouha puant à 100 lieues à la ronde ("L’USMA sous le choc", livraison du 25-09-2018, page 9). On le sait depuis toujours, ces crados de journaleux qui veulent nous saper le moral, nous lisent et nous relisent pour apprendre, s’inspirer, ils raffolent même des articles publiés sur le site usmiste. D’ailleurs, même Toilette Sport s’est permis de reprendre un jour, un article intégral de la rédaction. Du plagiat ! On vous sait nuls donc inutile de recopier-recoller ne serait-ce qu’un passage, un mot. Toi l’écrivaillon de service, tu devrais avoir honte. On connait vos styles qui n’existent pas. Non yal hazzag, l’USMA n’est pas sous le choc, ni ses supporters, ni Serrar. Il faut juste savoir digérer une défaite car on a perdu sportivement. Mais toi, le journaleux-supporter du Miloud, tu devrais suivre ton club mazembiste d’adoption au lieu de l’USMA pour un voyage, un repas ou une gazouza. Aya, digage, fou l kamp, spèce di kou… Un journal péteur pétant plus haut que ses msassate…


Les langues se délient…
Les travaux de la rénovation cyclique de la pelouse du khamsa jouilia devaient s’étaler jusqu’au 28 de ce mois soit, 25 jours. Le diriktour du complexe vient de déclarer à la presse que le gazon a été remis en forme en l’espace de 18 jours et sera prêt à accueillir la rencontre EMCIA-Riffâa Bahreini. Question à 1 dinar : pourquoi avoir empêché, interdit à l’USMA de jouer son ¼ de finale de coupe CAF dans ce stade, sachant pertinemment qu’il était fin prêt avant la date présumée ? Serrar devrait demander des éclaircissements à ce diriktour incapable d’effectuer des travaux durant l’intersaison. Pour le stade Tchaker de Blida, c’est du pareil au même. Mais là, pas touche, c’est réservé à l’EN des zmagra et des expatriés. L’USMA dérange… Comme mea culpa, on ne fait pas mieux...


Zarouatito sort la sulfateuse…

Dans un point de presse à Béchar, le truculent prézidon de la Saoura, tire à boulets ocres sur Zatchou et son frangin, aux rênes du Paradou. Moustache a porté de graves accusations à l’encontre du patron de la Fédé. Oula ! Il n’y va pas avec le dos de la cuillère. Une autre histoire vient donc éclabousser notre pôv’ football. Le club sudiste occupant la 11e place au classement général risque encore de s’enliser car un autre déplacement l’attend ce week-end du côté de Yemma Gouraya, bled tikourbabine. Ceci expliquant cela, Moustache tente vaille que vaille de sortir des sables mouvants du Bécharois en tirant au juché sur tout ce qui ne bouge pas. Zatchou devant se déplacer à Chlaghem Cheikh en Egypte pour une réunion de la CAF, après avoir assisté aux obsèques à Oran de feu Lahouari Beddiar, devrait réagir dès son retour. Affaire donc à suivre… Da3wa rahi taghli…

Une samba pour les entraîneurs…

Après la valse, c’est une samba majnouna que sont en train de danser certains coachs. Tiens, par exemple, Khaled Lounici rejoint la ville des roses après avoir quitté « à l’amiable » El Eulma (L2). Dans une mauvaise posture et avec peu de moyens, Khaled risque de prendre sur les doigts quelques pikourate épineuses. Aït Djoudjou qui se frottait déjà les mains, ne drivera finalement pas le Molodia Lalla Molati. La rue dicte sa loi. On préfère se rabattre sur Madouino (plan B) évincé de Tunis puis d’El Ismaïli pour résultats insuffisants. Reste Courbis (coucou Roland), trop cher pour la Mahlabat el fakakir, qui a fixé la barre trop haut (50.000 oros + son adjoint et son préparateur physique + sa femme de chambre). C’est simple, il ne veut surtout pas driver le Miloud car lui préfère une sélection ou carrément continuer à commenter sur le plateau de RMC Sports (pub gratouite). Mais bon, il sera demain jeudi à Alger aux frais de la princesse pour la discutation avec le CA des hallaba en quête de coach. Bien sûr, le derby avec l’USMA se profile à l’horizon. On a tout compris. Bsikri qui a été limogé par la JSMB rejette la faute au trio arbitral, véritable bouc émissaire. Il devrait aller se mirer sur une glace au lieu de râler tout le temps. Tu es un incapable et mauvais perdant… Aya, aux suivants…


Au Miloud, on (re)commence à faire le ménage…

Les objectifs tracés à l’intersaison sont revus à la baisse en raison des résultats catastrophiques enregistrés depuis le début du championnat. Eliminés en LDC, encore en lice en coupe des arabes où une élimination n’est pas à écarter face au Bayern Bahreini vendredi prochain, deux défaites consécutives en chompiouna par un score fleuve avec dégâts des eaux face à la Jiyaska et les Amraoua, ce qui fait beaucoup. Ajouté à cela, un casting raté, le retour mitigé de Saifia en qualité de bouche-trou, ya lahmima rouhi war wahi, le limogeage de Kazouni, le vrai-faux départ de Kassi kharay skalier rentré clandestinement par un soupirail, nous donne un aperçu de la mauvaise gestion et de la débandade dans la mahlabat des pétro-oros. Certains joueurs qui n’ont pas eu une seule minute de jeu, sont sur la sellette et devront être libérés « à l’amiable » dès le mercatito hivernal. Eh bien, c’est pas très très jouli tout ça ya 3ami Kamel, Molodia rahi t3ani… Une khalota spicy de Lalla Molati. Aya, tab3ouni…


Hé ho Kazouni, t’inquiètes, toujours pas de coach au Miloud. Kassi ki fait caca dans son seroual appréhende déjà le big derby… Je vous ai compris…


Tah-ya Za-za-yer…

Sid-Ali Tarrah, Rue Bruce, Alger Casbah…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…

Alger, 26 Septembre 2018

Lu 580 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.