jeudi, 23 avril 2015 14:50

LE PLEIN SVP !

Écrit par Farid GH.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Depuis le début de saison, l’USMA ne carbure plus à plein régime. C’est aussi évident que le mariage est la première cause du divorce.

A cinq journées du terme d’une compétition de dingues, toutes les équipes sont cramponnées à des certitudes ou des rêves. Mathématiquement le premier n’est pas à l’abri d’une relégation et le cancre de cette classe de sous doués de la tête et des pieds, pourrait (presque) prétendre être champion. C’est fou !

A l’issue du prochain match, l’USMA, actuellement dans l’œil du cyclone, peut feindre à espérer conserver son titre tout comme elle risque de se retrouver dans une situation compliquée pour le club et pénible pour ses supporters, à se battre pour le maintien.

 

 

Etrange saison que celle de l’USMA qui aura déconcerté ses fidèles et néanmoins irritables supporters en imposant quelquefois une allure sportive, mais le plus souvent une cadence d’excursion pour troisième âge. Un début laborieux suivi d’une illusoire série de cinq victoires de rang qui l’aurait assuré du leadership à la fin de la phase retour, n’était cette défaite at home face à l’ASMO, puis une phase retour clopin-clopant.

Aujourd’hui, l’aiguille de la jauge d’essence est au rouge et l’USMA risque la panne sèche à une période où elle aurait dû mettre le turbo.

Manifestement, les joueurs/entraineurs/président de l’USMA qui avaient la chance de conduire un prestigieux et puissant bolide laissant musarder ses concurrents au volant de tacots, en oubliant les fondamentaux de la conduite sportive, ont réussi l’exploit de la travestir en une vielle guimbarde roulant va-comme-je-te-pousse.

Ce n’est pas le moment de chercher les responsables de cet échec annoncé car le bouillonnement de colère, conjugué à la ferveur passionnée, altèrerait notre discernement et conséquemment notre faculté d’analyse. Mais nous y reviendrons à la fin de la saison.

Car ce samedi l’USMA verra se garer, dans son garage de Bologhine, un vieux camion-citerne plein de carburant, roulant en excès de vitesse depuis sa renaissance à Lalla Setti. Ce sera l’occasion de redémarrer sur les chapeaux de roues, après leur avoir pompé copieusement et, si possible, jusqu’à assèchement cette énergie puisée des stations-service de Tlemcen et Benidorm, à prêter l’oreille au chauffeur graisseur, toujours aussi mal fagoté, de l’équipage sonatracho-mouloudéen. Le plein, s'il vous plait !

 

Par Farid GH

Lu 1322 fois
Plus dans cette catégorie : « L’USMA EST BLESSEE ! Question de niveau ! »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.