jeudi, 02 avril 2015 20:13

L’USMA EST BLESSEE !

Écrit par Farid GH.
Évaluer cet élément
(1 Vote)

De mémoire de fidèle usmiste, c’est à dire, au bas mot, depuis plus d’un demi-siècle, jamais l’USMA n’a eu à déplorer une telle cascade de blessés, souvent sujets à des lésions musculaires, au cours d’une même saison.

Lorsqu’on sait que le calendrier, modifié au gré des tâtonnements de l’impayable patron du "Daouri el mouhtarifine Mobilis" qui apparemment aime jouir de la tension des entraîneurs comme des muscles des athlètes, n’est pas encore arrivé à terme et que la proximité des matchs durant ce mois d’avril sollicitera crescendo les corps des coéquipiers du musculeux Benmoussa, il ne nous reste qu’à croiser les doigts pour conjurer cette malédiction qui semble accabler l’USMA depuis l’entame de la saison.


Une revue de la liste des joueurs blessés, dans le courant de cette saison, et indisponibles pendant plusieurs matchs est symptomatique de cette mauvaise posture : Zemmamouche, Meftah (convalescent) , Boudebouda (toujours aux soins), Benmoussa, Chafaï, Koudri, El Orfi, Ferhat,(convalescent), Nadji, Baïteche, Benkhemassa (aux soins), Bouazza, Beldjilali (convalescent), Seguer (convalescent), Manucho (convalescent). Je n’ai pas intégré, dans cet alarmant répertoire, les joueurs absents pour une courte période, qui ont repris à la volée la compétition (Khoualed, Belaïli, Bouchema).

A la lecture de ce listing de mal en point, on se rend compte que c’est quasiment tout l’effectif, qui à un moment ou un autre, voire plusieurs fois pour certains, a séjourné à l’infirmerie.

Mais pourquoi y a-t-il tant de blessés cette saison dont les absences se répercutent inévitablement sur les résultats ?

Seul le staff médical, qui dispose des dossiers médicaux, est en mesure de répondre, sans briser le sceau du secret professionnel, à ce questionnement compréhensible des amoureux du club,

Cependant le football algérien est loin d’être un modèle en matière d’information et de communication. Cette carence cognitive a poussé les supporters légitimement désappointés, à être en droit de connaitre les véritables raisons qui ont conduit à la succession de blessures. Lassés par leur ignorance, ils ont trouvé un déversoir à leur frustration sur les réseaux sociaux, en extrapolant des versions où le plausible se dispute le farfelu.

Pour notre part, nous nous ne projetterons pas dans des tentatives de réponses hasardeuses en accusant les uns ou les autres (préparateurs physiques, staff technique et staff médical) d’être responsables de cette épidémie de traumatismes qui frappe les joueurs, pour certains d’une manière récurrente, mais nous essayerons à sérier quelques causes à l’origine des blessures.

Il faut rappeler que dans la vie de tout sportif, en particulier des professionnels, la blessure se présente comme un accident fatidique. Il faut également préciser qu’il n’existe, hélas, pas de vaccin contre les blessures musculaires.

S’il est admis que les facteurs physiques comme le surentraînement, la fatigue ou une mauvaise hygiène de vie sont les causes principales des blessures sportives, les facteurs psychologiques vont également interférer dans la survenue des blessures.

On fera grâce aux amis sportifs de la corrélation entre le tempérament du sportif et la manifestation de certaines blessures. Cependant, il faut savoir, aussi étonnant que cela puisse paraître aux yeux du grand public, que le stress se présente comme un élément marquant des blessures sportives. Il a été démontré par les spécialistes de la médecine sportive que les joueurs qui ont fait l’objet de blessures récurrentes, ont du mal à retrouver leur niveau de performance, se muant en anxiété et une baisse de confiance en soi, qui de fil en aiguille, engendre une baisse de motivation susceptible de provoquer de nouvelles blessures. Une étude récente révèle que les athlètes qui guérissent le plus vite sont ceux qui démontrent une motivation pour la performance et adhérent pleinement au projet sportif. A contrario, une réaction inadéquate à la blessure retarde la guérison. Dans certains clubs à l’écoute des innovations et découvertes dans le domaine de la médecine sportive, le psychologue sportif, qui fait partie intégrante du staff médical, est un atout indéniable dans le processus de guérison grâce à son empathie et son écoute du sportif traumatisé physiquement et meurtri moralement.

On en est encore bien loin en ce qui concerne les clubs algériens, y compris l’USMA.

La preuve !

Par Farid GH.

Lu 2091 fois
Plus dans cette catégorie : « MON OEIL ! LE PLEIN SVP ! »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.