jeudi, 26 mars 2015 04:07

MON OEIL !

Écrit par Farid GH.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le spectacle auquel nous avons eu le privilège d’assister ces derniers jours fut extraordinaire et mémorable. Les acteurs de cette tragi comédie sont encore des présidents de clubs (objet de notre chronique précédente), s’arrachant les yeux et en mangeant le blanc.

Après qu’un dépité du Cheliff, n’ayant pas froid aux yeux, ait donné des coups de pieds à hue et à dia, tiré les oreilles de joueurs jaunissants, coupables, selon lui, de vouloir bouffer du lion, et lancé le mauvais œil au fumeur de cigares calfeutré chez lui, loin des terrains car risquant de tourner de l’œil, un imposant homme des hauts plateaux, blessé à la tête, par un galet de l’Eden qui aurait pu l’envoyer à Géhenne et titillé dans son amour propre par le manque de reconnaissance due à son statut de champion des champions africains, découvre comme une vierge effarouchée que le football algérien est pire que la jungle africaine.


 

Et puis vint le tour du néo larron en foire, bienheureux d’être invité à pareille fête en compagnie d’estimés et illustres collègues, de jacasser dans toutes les langues comme une pie borgne, preuve, si besoin est, qu’au pays des aveugles le borgne est raïs.

Mais, pour ne pas être en reste, un montagnard, habitué des cafés borgnes, voit d’un mauvais œil le parti pris (imposé au) du sélectionneur national qui, pour les beaux yeux d’on ne sait qui, laisse un joueur à la disposition d’un club, pas encore dans l’œil du cyclone.

Comment diantre en vouloir à ce pauvre sélectionneur, mathématicien de formation, qui a vite calculé qu’il fallait savoir taper dans l’œil pour plaire ?

Rien de surprenant pour quelqu’un qui n’a pas hésité à sélectionner, en début de saison, le goal le plus médiocre de la compétition.

Toutes ces histoires font faire les gros yeux au président des présidents, un familiers des fumisteries ainsi que des voyages et des hôtels qui coûtent les yeux de la tête, qui aura eu le mérite de réagir en un clin d’œil en lançant aux yeux de la raison à faire preuve de retenue tant que ces affaires ne crèvent pas les yeux. Rassurant, le président de la LFP promet, néanmoins, de tenir à la vérité comme à la prunelle de ses yeux. Allez chiche, on vous suit les yeux fermés !

Voir la paille dans l'œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien. Telle pourrait être la morale de cette vraie histoire.

Par Farid GH.

Lu 1047 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.