lundi, 25 août 2014 22:25

TAISEZ-VOUS, HANNACHI !

Écrit par Ipanéma
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le désastre émotionnel encore vivace et la dépouille encore chaude de Albert Ebossé, les algériens essaient tant bien que mal de se remettre du choc provoqué par la disparition tragique du footballeur camerounais. Mais, alors que tout le monde tente de redresser la tête, cherchant des visages familiers pour ancrer sa détresse et des regards réconfortants auprès de son entourage pour essayer de se remettre de ce terrible drame, le cynique président du club kabyle tente, dans une grotesque et indigne manœuvre, de maquiller le meurtre de Bodjongo en malheureux accident.


Ebossé aurait glissé à l’entrée du tunnel qui mène aux vestiaires du stade du 1er novembre, probablement à cause d’une eau qui aurait été répandue sur le sol. Son décès ne serait en rien dû à un pavé qui l’aurait touché à la tête. D’ailleurs, le pavé, arme du crime, n’a pas été retrouvé. Et puis, continue impudiquement Hannachi, Albert avait montré des signes d’essoufflement assez évident au cours de la partie suggérant indécemment que son cœur l'avait lâché alors qu'il se dirigeait vers les vestiaires.

La JSK n’a rien à craindre, lui non plus, martèle-t-il ! Tout le monde jette des pavés en Algérie et puis, poursuit-il, le responsable de ce qui est arrivé est connu…c’est Benouza, l’arbitre qui a offert un coup franc imaginaire aux usmistes leur permettant d'ouvrir le score et qui a refusé un penalty à son équipe. C’est lui l’assassin !

Choquante, scandaleuse manœuvre dilatoire d’un président aux abois, incapable d’assumer ses responsabilités, encore moins d’avoir la dignité de remettre le tablier…

Taisez-vous Hannachi ! Taisez-vous et partez ! Ne tuez pas une seconde fois Ebossé !

vidéo sur l'entretien accordé MCH à la télévision Ennahar :  https://www.youtube.com/watch?v=b2ShsfL4IQg


Lu 2286 fois
Plus dans cette catégorie : « Lâchez-nous les baskets ! Les marionnettes »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.