jeudi, 30 janvier 2014 21:04

La loi, c'est la loi...A Bologhine comme au pied de Sidi Belloua !

Écrit par Ipanéma
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Samedi prochain, la JSK viendra à Omar Hamadi pour affronter l’USMA et Moh Cherif Hannachi, président de la formation kabyle, accompagnera peut-être son équipe.

Rien de plus normal que le premier responsable d’un club soit présent à une rencontre que son team dispute.

Seulement, voilà quelques saisons déjà que, lorsqu’il lui arrive de venir au stade Omar Hamadi pour suivre les péripéties des rencontres entre l’USMA et sa formation, Moh Cherif Hannachi ne le fait qu’à partir de l’entrée des vestiaires de l’équipe hôte.


C’est assis sur une chaise, dans une posture grotesque, que l’irrévérencieux président marque sa présence aux oppositions usmiso-jskistes.

Pas installé dans la tribune officielle à côté de son homologue usmiste et d’éventuels invités de marque…Non ! Sur une chaise, aux abords immédiats de l’aire de jeu, manquant superbement de respect aux dirigeants usmistes et foulant aux pieds la réglementation de la FAF et de la LFP réunies, toujours frileuses lorsqu’il s’agit de rappeler à l’ordre le président gueulard.

Le rustaud dirigeant feint d’ignorer une réglementation que lui et ses pairs ont votée à main levée, à l’unanimité, notamment les articles relatifs aux obligations des dirigeants, à la main courante,…

Les articles 33, 66 et 67 sont assez explicites à ce sujet.

Aucun d’eux ne permet au président d’un club de prendre place sur la main courante.

Seuls 07 joueurs (les remplaçants) et 07 officiels sont autorisés à avoir accès à la main courante.

Par officiels il est entendu entraîneur, membres du staff technique (03), médecin, assistant médical et… secrétaire du club…Point de président de club.

Il est vrai que Moh Chérif Hannachi ne prend pas place sur la main courante dont les limites et l’accès sont réglementés par les textes fafiens.

Mais il est aussi vrai que Hannachi n’a rien à faire sur le terrain, ni à l’est, ni à l’ouest, ni sur les côtés…

A moins qu’il ne dispose d’une dérogation spéciale délivrée par les plus hautes instances du football, sa place ne peut être que dans la tribune officielle.

Il est d’ailleurs étrange qu’aucun officiel de match ne l’ait prié, jusqu’à présent, d’évacuer cet endroit incongru pour aller rejoindre ses pairs…

Aussi, samedi prochain, à moins de se faire passer pour Djeha et penser que si tout le monde s’agglutinait au même endroit, la terre basculerait et perdrait son équilibre, Moh Chérif devrait se retrouver dans la tribune officielle…

Lu 1547 fois
Plus dans cette catégorie : « PLEIN CADRE ! To be or not to be * »

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire mahfoud mercredi, 05 février 2014 09:50 Posté par mahfoud

    Oua chahida chahidoune minhoum
    « Contrairement à Ait Djoudi, Hannachi n’a jamais cessé de déclarer et de croire que son équipe possède un effectif riche et que son objectif et de retrouver la compétition africaine. Et pourtant, nous savons tous, y compris le président de la JSK, que l’actuel entraineur de la JSK avec l’aide de son staff technique tire le maximum du groupe. C’est même un miracle si la JSK a terminé parmi les premiers du classement. Bien sûr des regrets sont à exprimer quand nous notons que l’équipe a perdu neuf points à domicile et n’a reporté le moindre succès contre les meilleures équipes de la Ligue 1. Mais est-ce faute de n’avoir pas essayé ? La JSK possède un effectif tout juste moyen qui ne lui permet pas réellement d’hisser son jeu à un niveau qui lui permettrait de battre tous ses adversaires. Elle besoin de renfort mais surtout d’un temps pour gagner un fond de jeu qui lui permettra d’avoir identité dans le jeu avec plusieurs solutions pour sortir des situations de blocages qu’elle rencontre lors des matchs. Mais ce n’est pas l’avis du président Hannachi qui veut tout et tout de suite alors qu’il n’a rien fait depuis plusieurs saisons pour assurer l’avenir du club, pire encore, il a complètement épuisé le standing et le prestige du club avec sa politique d’amateurisme………………………Le président Hannachi devra laisser son entraineur continuer sa mission dans le calme le plus possible. Un quelconque différent avec Ait Djoudi qui pourrait le pousser à la porte ne fera que raviver la flamme de la protestation chez les supporters qui semblent jouer la carte de l’apaisement pour le moment et se contentant de bien assurer leur rôle d’encourager leur équipe. Le président de la JSK devrait plutôt regarder l’état désastreuse dont lequel se trouve son administration, comme l’atteste la fermeture récente du site officiel, et l’état des jeunes catégories qui reste toujours désastreuse.
    Alors qu’on laisse Ait Djoudi continue sa mission avec son staff. Hannachi a mieux à s’occuper de la modernisation du club qui reste dans un état lamentable au lieu d’attendre que l’Etat lui vienne en aide ou de pleurnicher sur les plateaux TV. »
    Source :JS-Kabylie.fr

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.