lundi, 23 septembre 2013 19:35

Le béton du stade du 5 juillet cède…c’est la faute à Courbis !

Écrit par Ipanéma
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Une émission faite par les petits copains, pour les petits copains. Un animateur aux 18 millions d’auditeurs accompagné d’un consultant que toutes les télévisions du monde lui envient, deux journalistes ouvertement mouloudéens et un troisième puant l’anti usmisme à dix lieux à la ronde…Voilà, vous avez là le décor d’une émission à laquelle nous a convié à écouter, en ce début de semaine, le "micro d’or" de la 3,


Alors que les auditeurs s’attendaient à une émission largement consacrée au décès des deux jeunes supporters usmistes et aux circonstances ayant entraîné leur disparition tragique, nos joyeux drilles, auxquels manquaient "l’estampillé mouloudia d’Alger" et le paparazzi du leader de l’information sportive au Maghreb, ont préféré d’abord parler d’EN et de coupe du monde.Ils nous ont fait part de leurs convictions, de leurs pronostics, de leurs envies.

Le sujet qui incommode ne fut que très superficiellement abordé. On a évité prudemment de pointer du doigt les véritables coupables de ce drame qui a endeuillé deux familles. On a parlé de vétusté des stades et de leur nécessaire rénovation, mais on s’est abstenu de situer les responsabilités. Sur ce sujet, les débatteurs n’ont, donc, pas été très bavards.

Mais lorsqu’il a fallu disserter sur le match USMA – MCA, là les langues se sont déliées. Les invités furent plus verbeux et se lâchèrent complètement. Tant et si bien que les journalistes laissèrent place aux supporters, notamment le sieur Rachedi et son compère Bendali pompeusement désigné "doyen des journalistes"…Abstraction faite des commentaires subjectifs faits sur le déroulement du derby, c’est la conduite du coach usmiste qui déclencha l’ire de ces deux guignols.

Rolland Courbis serait trop insolent et se paierait régulièrement la tête des journalistes et des responsables du foot national. Il se comporterait en Algérie comme s’il était dans une république bananière !!! On croirait entendre Kerbadj et son accusation "d’atteinte à la souveraineté de l’Etat" lancée à l’égard du coach marseillais lorsque ce dernier critiqua la programmation démentielle de sa ligue.

Mais, la république bananière, vous êtes en plein dedans, bandes de tarés !

N’est-on pas dans une république bananière lorsqu’un président de conseil d’administration d’une association sportive appartenant à la plus puissante entreprise du pays, un président de section de la même association, un entraîneur et des joueurs, refusent de se plier au protocole de remise de médailles et envoient balader un parterre d’officiels, d’invités étrangers et 36 millions d’algériens…. ?

N’est-on pas en république bananière lorsqu’un président de ligue de football, écharpe rouge et blanc au cou, s’en va négocier le contrat d’un joueur d’un club qu’il supporte…?

N’est-on pas en république bananière lorsqu’un directeur de stade justifie, toute honte bue, l’effondrement d’une partie des tribunes du stade qu’il gère par le trop plein d’enthousiasme des jeunes supporters… ? Ils seraient morts d'avoir trop dansé, trop chanté !

Et encore, nous ne nous limitons à parler que de quelques récentes anomalies sportives de ces derniers mois. Nous nous épargnerons d’évoquer tous les scandales financiers, toutes les affaires de corruption, de subornation, de dépravation,… qui éclaboussent les plus hauts dignitaires du pays et ses plus grandes institutions.

Courbis n’a tué personne à ce que nous sachions…contrairement à la dalle de béton du 5 juillet.

Alors, au lieu de verser votre fiel sur un homme dont le seul tort est de gouailler à tire larigot sur tout ce qui est gratte papier et autres chefaillons faiseurs d’absurdités, et même si votre métier de journaliste vous familiarise avec le raccourci et la synthèse, ayez la dignité de respecter les règles déontologiques de votre profession qui vous recommandent la prudence, le respect, l’objectivité et la non-mise en accusation à tort.

Courbis dérange parce qu’il a su mettre le doigt sur les anachronismes d’une gestion nigaude des affaires du football. Aux stupides questions des plumitifs et autres teneurs de micros, il n’a jamais été avare de son sens de la répartie et a su, en toutes circonstances, les renvoyer à leurs classes…

C’est probablement ce qui déplait en Courbis. Alors, n’en déplaise aux dépositaires du nationalisme étroit, nous demanderons au coach usmiste de rester le plus longtemps possible dans notre république bananière. Rien que pour les faire ch…

Lu 2352 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.