samedi, 21 juin 2008 08:36

Les trois petits cochons du football national

Écrit par K.A.N
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Médaille de bronze : A Moussa Saib, il est le héros (malgré lui? Pas si sûre…) du premier feuilleton footballistique de l’été. Après un silence radio de plusieurs semaines, il sort de son mutisme et déclare le plus normalement du monde qu’il décide une nouvelle fois de quitter la scène nationale,
car il en a marre des détracteurs et des opposants. Encore un coup classique du fallacieux prétexte. Il faudrait au moins avoir l’honnêteté de dire qu’il voulait tenter sa chance ailleurs, là où l’herbe de la pelouse est plus verte au lieu de dire n’importe quoi. Comme quoi, même un ancien international professionnel peut-être contaminé par la médiocrité qui règne dans notre championnat. Dommage Mouss!


Médaille d’argent : À monsieur Rabah Saadane, monsieur « Tarabosse » a encore une fois frappé avec ses raisons géoclimatiques dignes des grands climatologues de ce monde, même Raymond Domenech, monsieur mauvaise foi, n’aurait pas pu sortir une chose pareille. C’est toujours la faute aux autres, n’est –ce pas ! Monsieur Saâdane en homme d’expérience aurait dû savoir et reconnaître que les conditions extra sportives (arbitrage, public hostile et conditions climatiques) existaient depuis des décennies. Pourtant, notre équipe nationale n’avait aucune difficulté à s’imposer à l’extérieur. La vérité est ailleurs comme dirait l’autre. Il faut pointer du doigt les vraies raisons à ce nouveau camouflet à savoir le choix de l'affectif et non de l'effectif, sinon comment expliquer la titularisation de Djebbour alors qu’il a rejoint ses coéquipiers quelques heures seulement avant le match. L’on voit bien que Saadane fidèle à sa réputation de mou et de tendre n’arrive pas à imposer une discipline et une combativité à ses joueurs. En regardant jouer des équipes comme l’Égypte et la Turquie l’on se rend bien compte que nos joueurs jouent comme à la parade et l’on ne sent aucune hargne ni rage de vaincre. C’est peut-être le problème de fond de notre équipe…


Médaille d’or : Pour les dirigeants de clubs qui se promènent de club en club tel des mercenaires. Monsieur Demigha (ancien président du MOConstantine) qui veut briguer un mandat au NAHD et Monsieur Attia (président sortant de l’OMR) qui veut prendre en charge le CRB constituent des exemples édifiants de la gestion de notre football. Décidément, l’imagination de ses messieurs est débordante et rien n’arrête leur soif de pouvoir et leur épopée vers les hautes sphères de l’argent. Après le transfert des entraîneurs, le transfert des joueurs, voici un nouveau concept qui vient d’apparaître en Algérie, le transfert de présidents! L’on n’arrête pas le progrès en Algérie!
Lu 3137 fois

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.